Recommandé par le petit futé

Rechercher

NOUS CONTACTER PAR EMAIL

Une question, un conseil ?
Nous vous répondons dans les
meilleurs délais.

La détoxination - la Drainage / Printemps et Automne

Publié le : 25/02/2021 15:29:15
Catégories : Santé / vitalisme

Le drainage est sans aucun doute la pierre angulaire de la phytothérapie. Un grand nombre d’affections dans leur forme initiale résultent d’une saturation métabolique de l’organisme. Le drainage consiste à stimuler les organes chargés d’épurer l’organisme qui sont appelés les émonctoires

La détoxination : 

Qui dit détoxination (sortie des toxines hors du corps) sous-entend que nous sommes donc intoxiqués… et aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est le cas.

L’agression vient bien de l’intérieur, par le biais de produits inappropriés qui se sont introduits dans notre organisme.

Quelles toxines ?

Les toxines sont de deux ordres :

- les toxines dites « endogènes » (acides produits par le corps lui-même, résultat du métabolisme normal, de la respiration cellulaire)

- et les toxines « exogènes » (issues du milieu dans lequel nous vivons).

Autant le corps est bien outillé pour traiter et évacuer au quotidien les toxines endogènes, autant il se retrouve démuni face a la majorité des toxines auxquelles notre mode de vie moderne nous a exposé.

Passons rapidement en revue les sources de toxines :

- En premier lieu, elles sont alimentaires : l’humain a évolué pendant plus de 98 % de son histoire dans un monde où l’aliment était consommé cru, intégral et brut ; il est logique que notre organisme soit adapté à ce type d’alimentation.

La majorité des produits qui constituent l’alimentation « normale » moderne n’ont été introduits que récemment dans l’histoire de l’humanité…

Une adaptation était-elle nécessaire ? Et si oui est-elle réalisée… ? Les multiples études récentes sur l’impact du gluten, des produits laitiers ou des produits raffinés sur la santé prouvent à l’évidence que non… Nous n’y sommes pas adaptés et ces produits « inconnus » pour l’organisme (dont il ne sait que faire) s’accumulent dans l’organisme et dans la cellule, ce sont les toxines alimentaires.

- Elles sont environnementales au sens large : polluants chimiques dans nos aliments, notre eau, notre air, nos cosmétiques, nos vêtements…

- Et, on l’oublie souvent, elles sont mentales et émotionnelles.

Car la séparation moderne entre corps physique, corps émotionnel et corps mental n’est qu’une vision analytique et séparatrice d’un tout qui ne peut se penser séparé.

Nos pensées sont cellulaires (au sens où elles s’incarnent dans nos cellules) et nos cellules sont des formes-pensées.

Ainsi, tout choc émotionnel aura une répercussion sur nos tissus et inversement. Exposés quotidiennement à des frustrations, à des manques multiples et à la violence des rapports humains, il se forme, en réaction, des produits acides dans notre corps.

Que deviennent ces toxines ?

Une fois à l’intérieur du corps, celles-ci s’accumulent dans les organes et tissus, atteignent le niveau cellulaire.

Les toxines acides vont de préférence être stockées dans les parties grasses du corps. En effet les lipides sont là pour protéger notre corps contre les attaques de ces acides en les nimbant d’une couche de gras.

Et quel danger représentent-elles ?

Ces toxines - selon leur type - peuvent atteindre tout organe du corps, amenant a des dysfonctionnements généraux.

Alors qu’est ce que la détoxination ?

Toutes ces toxines qui sont entrées peuvent aussi sortir…

si on donne au corps les moyens de le faire. Car il est en effet le seul à même de réaliser la détoxination. C’est lui qui décide, organise, rythme et régule cette sortie de toxine. Un produit sera dit « détoxinant » s’il favorise la détoxination naturelle du corps. En pratique, le corps a un stock donné d’énergie (à ne pas confondre avec le carburant de l’organisme apporté par la nourriture), qui se recharge principalement par le sommeil et, dans une moindre mesure, par la respiration.

Cette énergie est utilisée pour assurer différentes fonctions dans l’organisme :

- La digestion, premier foyer de dépense de cette énergie ;

- L’activité mentale et émotionnelle ;

- L’activité motrice ;

- Et, si il reste un peu d’énergie disponible, la détoxination….

On comprend donc bien que si nous consommons au quotidien des produits lourds et difficiles à digérer, si nous nous laissons épuiser par des émotions et une activité mentale excessives, si nous passons notre temps à des activités très physiques, il y aura peu de place pour la détoxination…

A l’inverse, le repos digestif (jeûne alimentaire), émotionnel (jeûne sensoriel) et physique sont la meilleure méthode pour permettre au corps d’utiliser tout son capital d’énergie pour traiter et évacuer les toxines accumulées.

Le drainage consiste à stimuler les organes chargés d’épurer l’organisme qui sont appelés les émonctoires.

Les plantes dites « dépuratives » permettent d’activer les échanges et les transports actifs de molécules au niveau de ces interfaces. Même si le drainage concerne principalement le système digestif (foie, intestins, pancréas…) d’autres muqueuses peuvent être impliquées dans l’élimination des déchets comme celles des voies respiratoires et dans une certaine mesure la peau.

Si ces émonctoires (les portes de sorties des toxines) ne suffisent pas (soit qu’il y ait trop de toxines à évacuer à la fois, soit que les émonctoires soient déjà saturés), le corps peut ouvrir des émonctoires secondaires à la demande (mucus par le nez, par la gorge, abcès sur la peau, boutons divers...).

Pour cela, nous pouvons jouer sur le type et la quantité d’aliments consommés, le repos et recourir selon le besoin aux plantes médicinales, aux compléments alimentaires, à la sève de bouleau...

Au total, la phytothérapie est avant tout une médecine d’élimination et d’épuration dans laquelle le drainage occupe le plus souvent la place centrale du traitement. Il peut même se suffire à lui-même et faire disparaître des symptômes lorsque le stade d’intoxication de l’organisme n’est pas trop avancé.

Quelques plantes à utiliser (et bien d'autres encore) disponible chez Promelis et dans la rubrique "détox / foie" de notre site internet :

Le Pissenlit, la Chicorée, et de manière générale les plantes amères sont réputées pour stimuler le foie.

L’Artichaut est quant à lui très connu pour stimuler la bile. La bile est la substance jaune-verte fabriquée par le foie à partir de tous les déchets qu’il ramasse.

Le Chardon-Marie est ce chardon dont les feuilles sont striées de blanc, les chercheurs ont identifié la présence d’un principe actif appelé la silymarine, qui est surtout concentré dans les graines. Elle favorise le fonctionnement des cellules hépatiques et les protège des dommages provoqués par les toxines naturelles ou chimiques. Elle est aussi capable de régénérer les tissus abîmés du foie…

Le complexe de plantes DEPURAGEM : nettoie l’organisme des déchets accumulé.

L’Aubier de Tilleul est un vieux remède en cette saison, car la combinaison de ses propriétés a pour effet de remettre foie, reins, intestins, vésicule biliaire en état de marche. Les déchets sont mieux filtrés par le foie, les toxines mieux éliminées.

L’activité de la vésicule se régule, ce qui fait du bien à ceux qui ont une digestion difficile, des problèmes de migraine, de cellulite, ou de rétention d’eau… En effet, il aide à dissoudre l’acide urique, qui en excès endommage les reins.

A consommer en cure de 10 jours, en décoction (1l/j) ou en ampoules (3/j), tout en buvant de l’eau de source. Ainsi, vous drainerez les liquides, les boues et les cristaux qui encombrent votre organisme.

- Le drainage doit être discontinu : sa durée ne doit pas excéder 30 jours. En général, des cures de 3 semaines.

- En règle générale nous conseillons un drainage des toxines deux fois par an : au printemps et en automne.

- Le drainage peut entraîner des réactivations des symptômes (ex : démangeaisons, boutons, troubles du transit). Dans ce cas, diminuer les doses.

Partager ce contenu