Recommandé par le petit futé

la force des plantes pour l'hiver

Publié le : 22/10/2021 13:41:08
Catégories : Plantes

L’astragale : prévenir les assauts

En prévention, l’astragale peut aussi aider si vous vous sentez fatigué et en manque de vitalité. Prenez 1 cuillère à café 2 fois par jour dans un peu d’eau. Mais une autre plante est plus adaptée à la prévention : la racine d’astragale de Chine (Astragalus membranaceus). Elle est un peu plus longue à agir, mais le fait d’une manière douce et durable. Cette plante traditionnelle de médecine chinoise augmente le nombre de cellules souches dans la moelle épinière et les tissus lymphatiques et encourage le développement de ces cellules en globules blancs. Les études montrent qu’elle participe à une meilleure santé respiratoire. Elle augmente aussi la production d’immunoglobuline, stimule l’activité des macrophages et active les lymphocytes T et les cellules NK (natural killer) . Bref, son action est à large spectre sur le système immunitaire. En prévention, prenez de 2 à 4 ml d’un extrait liquide d’astragale 3 fois par jour, ou si vous achetez des gélules dosées à 500 mg, prenez 3 gélules 3 fois par jour. Si vous avez accès à la racine pulvérisée, prenez 5 g par jour divisés en 2 prises, en infusion chaude (pas besoin de décoction lorsque la racine est pulvérisée finement). Placez la poudre dans la tasse, versez l’eau bouillante, couvrez et laissez infuser pendant 15 minutes. Puis remuez et buvez le liquide avec la fine poudre. L’astragale de Chine est souvent considérée comme plante-aliment en médecine chinoise, rajoutée aux soupes par exemple. Par contre, lorsqu’une infection pointe le bout de son nez, arrêtez l’astragale et passez à l’échinacée pendant la durée de l’infection.

Comblez vite vos carences en vitamine D :

Commençons tout d’abord par l’un des problèmes majeurs des civilisations industrialisées vivant loin de l’équateur : la carence en vitamine D. Elle est fabriquée par notre corps lorsque nous exposons notre peau au soleil, et lorsque le soleil est assez haut dans le ciel (les mois chauds). Cette vitamine D est primordiale au bon fonctionnement du système immunitaire et contribue au développement et à la multiplication des globules blancs. Une supplémentation en vitamine D diminue en effet l’incidence des infections respiratoires chez l’adulte comme chez l’enfant. La vie moderne de plus en plus confinée fait que nous commençons souvent l’hiver avec un déficit. Pour une supplémentation hivernale, la dose adulte est en moyenne de 4 000 UI par jour dès le mois d’octobre, mais peut être plus élevée selon votre carence, sans jamais dépasser 10 000 UI par jour. Si vous êtes sensible aux infections respiratoires et afin de faire un travail plus fin, vous pouvez consulter votre médecin qui fera vérifier votre niveau par un bilan sanguin. Vous pouvez faire un contrôle fin octobre afin de voir dans quelle condition vous commencez l’hiver, et fin janvier pour voir si votre supplémentation journalière a été efficace. Ceci sera utile afin de connaître les doses qui vous conviennent pour les hivers suivants.

Source : plantes et bien-être 17

L’HE d’Eucalyptus globulus :

est une des réponses les plus efficaces dont dispose l’aromathérapie en cas d’infections bronchopulmonaires. C’est même assez spectaculaire. La composition biochimique de l’huile essentielle révèle clairement sa prédilection pour la sphère respiratoire : elle contient environ 70% de la molécule expectorante par excellence, le 1.8 cinéole que vous trouverez également chez un congénère, l’Eucalyptus radiata. Mais c’est la présence du globulol, un sesquiterpénol ayant des propriétés antivirale, hormonale et décongestionnante importantes qui la caractérise spécifiquement et oriente efficacement son action vers les voies respiratoires basses. Le globulol lui confère son parfum « lourd» et « entêtant » signalant la présence d’une molécule particulièrement active sur le plan hormonal. Pour cette raison, ce n’est jamais un premier choix aromathérapeutique chez les enfants. 

En cas de grippe, un adulte peut appliquer 6 gouttes d’HECT Eucalyptus globulus directement sur le thorax en friction, jusqu’à 4 fois par jour. En prévention des agressions hivernales, il est conseillé de préparer un mélange de 2 gouttes d’HECT d’Eucalyptus globulus + 4  gouttes d’HV d’amande douce ou noyaux d’abricot dans un petit récipient. Appliquez un peu du mélange au point d’acupuncture sur le méridien du poumon (le point 9P qui en est le point de tonification), d’abord sur le poignet droit, puis sur le poignet gauche, matin, midi et soir pendant 3 jours. Ce protocole peut être prolongé de quelques jours s’il y a un début de rhume.

L’échinacée et l’immunité… ça se confirme ! 

Historiquement utilisée comme panacée par les Amérindiens, l’échinacée fait de nos jours l’objet de plus de 500 publications et rentre dans la composition de dizaines de préparations commercialisées en Europe. De nombreuses études attestent de son efficacité pour réduire l’incidence et la durée du rhume. Une nouvelle étude a permis d’identifier l’un des mécanismes d’action des principaux actifs de l’échinacée sur le système immunitaire. Un extrait soluble d’échinacée a été testé pour évaluer ses effets immunomodulateurs sur des cellules humaines du système immunitaire, les lymphocytes T. Les premiers résultats ont montré que 80% de l’extrait d’échinacée contenaient des polysaccharides et des composés phénoliques (cynarine, acides cichorique et caftarique), mais sans alkylamides détectés et suspectés habituellement dans la réponse immunitaire. Il a été montré que ce sont les polysaccharides et non les composés phénoliques qui ont un effet-dose sur l’optimisation de la réponse immunitaire. Une fois de plus, la science confirme et progresse pas à pas dans l’explication des formidables propriétés de l’échinacée comme plante susceptible de renforcer nos défenses naturelles.

Fonseca FN, Papanicolaou G, Lin H, et al. Echinacea purpurea (L.) Moench modulates human T-cell cytokine response. Int Immunopharmacol. 2014 Mar;19(1):94- 102. Source : plantes et bien-être N11

L’échinacée : prête à intervenir en cas de coup dur L’échinacée (Echinacea purpurea, E. pallida, E. angustifolia) est probablement la plante la plus utilisée aujourd’hui pour augmenter l’efficacité du système immunitaire  : elle stimule la production de globules blancs et augmente leur capacité à ingérer et détruire les envahisseurs. L’Agence européenne du médicament explique que son efficacité est « confirmée par les études cliniques pour l’utilisation à court terme et le traitement des infections aigües du système respiratoire supérieur chez l’adulte et l’adolescent ». L’échinacée contient deux groupes de composants actifs : les alkylamides, extraits principalement par l’alcool, et les mucopolysaccharides, extraits principalement par l’eau. Notez que l’échinacée agit rapidement. Elle est remarquable pour la gestion d’une infection déclarée, à prendre dès le début des premiers symptômes, que ce soit des courbatures ou une gorge qui picote, à raison de 1 cuillère à café d’extrait liquide toutes les 2 à 3 heures, en se limitant à 5 prises par jour jusqu’à ce que les symptômes commencent à disparaitre. L’Agence européenne du médicament recommande d’en réserver l’usage aux adultes et aux enfants de plus de 12 ans. Pour un enfant de plus de 12 ans, vous pouvez effectuer une simple règle de trois afin de calculer les doses : multipliez la dose adulte par le poids de l’enfant en kilos, puis divisez par 70. Pour un enfant de 30 à 40 kg, utilisez ½ cuillère à café.

Source : plantes et bien-être 17

Ravintsara : Cinnamomum camphora. Huile Essentielle

De nombreuses études scientifiques ont prouvé son efficacité antivirale, mais également une action protectrice et régénératrice pour les cellules. Cela en fait un remède très utile en prévision de l'hiver et ses désagrément! Il peut être utilisé en diffusion ou en massage. Procurer vous 5ml d'HE de Ravintsara et 10ml d'huile végétale d'amande douce. Introduisez le tout dans un roll on de 15ml. Massez vos poignets avec ce roll-on tous les matins d'automne et d'hiver, cinq jours sur sept en prévention, et cinq fois par jour en curatif, pendant quelques jours. Cette formule est contre indiquée chez les peronnes prenant des traitements immunosuppresseurs, souffant de maladie auto-immunes, en préventif chez les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 3 ans.

La chlorella augmente les défenses naturelles… même en bonne santé !

La chlorella appartient à la famille des microalgues d’eau douce apparues sur la Terre il y a 2,5 milliards d’années. C’est un organisme unicellulaire de quelques microns, véritable concentré de chlorophylle, de protéines et d’autres principes actifs. Découverte au XIXème siècle, sa richesse nutritionnelle et son taux de multiplication rapide expliquent son intérêt et son exploitation importante au Japon après la Seconde Guerre mondiale comme source alimentaire. Depuis, de nombreuses qualités sur le plan de la santé lui ont été attribuées comme la détoxication des métaux lourds. On lui alloue aussi des vertus modulantes sur notre système immunitaire. Une étude coréenne a été menée sur une cinquantaine de trentenaires en bonne santé ayant reçu durant deux mois soit cinq grammes de chlorella soit un placebo. Le résultat de cette étude a montré une augmentation signifi cative de l’activité de marqueurs du système immunitaire chez les mangeurs de chlorella (taux de lymphocytes Natural Killer). Le système immunitaire de l’homme même en bonne santé peut donc être renforcé par la prise de chlorella !

Source : Plantes et bien-être N°4 : Jung Hyun Kwak, Seung Han Baek, Yongje Woo, et al., Benefi cial immunostimulatory eff ect of shortterm Chlorella supplementation: enhancement of Natural Killer cell activity and early infl ammatory response (Randomized, double-blinded, placebo-controlled trial), Nutrition Journal 2012, 11:53. doi:10.1186/1475-2891-11-53.

Partager ce contenu