Recommandé par le petit futé

La Théorie des signatures

Publié le : 02/09/2021 14:00:46
Catégories : Plantes

La Théorie des signatures

Grand savant, philosophe et alchimiste du Moyen Âge, PARACELSE nous laisse un ouvrage « Le Traité des Signatures », qui n'a pas fini de faire parler de lui. Travailleur infatigable, savant aux connaissances bien supérieures à son époque, et parfois à la nôtre, PARACELSE continue de remuer les pensées.

Il fait ricaner les uns, passionne les autres, mais ne laisse personne indifférent ! Pensez qu'il prétend que les plantes ont un lien physique, une ressemblance avec l'homme ou ses organes. Il y a de quoi rire pour l’esprit rationnel du XXème siècle. Et pourtant...

Paracelse.

Selon cette théorie, un végétal est supposé aider à guérir car sa forme et son fonctionnement présentent des similitudes avec l’organe atteint ou des ressemblances avec certaines maladies. Pour beaucoup d’auteurs dont Paracelse (1493-1541) il s’agit d’un message d’ordre divin. Les plantes révèlent aux hommes par leurs formes et leurs couleurs leur pouvoir de guérison.

Ainsi, il écrit « il faut que les similitudes enfouies soient signalées à la surface des choses, il est besoin d’une marque visible des analogies invisibles ». Dans la théorie des signatures fondée sur le principe d’analogie, les propriétés curatives des plantes dépendraient de leur morphologie. Giambattista della Porta (1535-1615) cherchera à systématiser cette théorie dans son traité Phytognomonica : traité des propriétés des plantes et des moyens d’en découvrir les vertus.

On peut citer plusieurs exemples qui « coïncident » avec l’usage et les propriétés actuelles :

- Les bulbilles de la ficaire (Ranunculus ficaria) en raison de leur forme soignent les hémorroïdes,

- les feuilles de l’anémone hépatique à trois lobes (Hepatica nobilis) se montrent utiles dans les affections du foie,

- les capsules du pavot (Papaver somniferum) font penser à une tête et peuvent ainsi soigner les affections du cerveau. Bien que le pavot fut considéré pendant longtemps comme une plante magique associée à la magie noire, ses propriétés dormitives et sédatives sur le SNC étaient connues depuis la plus haute Antiquité.

Capsules De Pavot Sec Graines - Photo gratuite sur Pixabay

- La pulmonaire, jolie plante qui pointe ses magnifiques fleurs bleues au tout début du printemps. Les feuilles de cette plante possèdent des sortes d'alvéoles ressemblant précisément aux alvéoles pulmonaires. Soignez vos maladies respiratoires avec cette plante, et vous verrez que, de fait, elle est efficace.

https://jardinage.lemonde.fr/images/dossiers/2019-02/pulmonaire-180413.jpg

- La noix (Juglans regia) offre selon le botaniste anglais William Cole (1626-1662) une signature remarquable : son brou qui ressemble à la peau qui recouvre le crâne soigne le cuir chevelu tandis que les cerneaux qui évoquent les circonvolutions de l’encéphale fortifient le cerveau. On sait aujourd’hui que l’huile de noix est riche en acides gras polyinsaturées de type oméga 3 dont on connaît le rôle favorable sur la plasticité synaptique.

Tout savoir sur l'ingrédient La noix

- le suc jaune de la chélidoine. Cette plante d'ombre et de soleil aux feuilles glauques et aux fleurs d'or possède un suc jaune semblable à de la bile. Vous constaterez que c'est une “plante du foie”.

         Chélidoine - Vikidia, l'encyclopédie des 8-13 ansGrande chélidoine | Balade : Randonnée près de chez vous   

Cependant, de nombreux exemples de signatures conduisent à des impasses thérapeutiques.

* Les tubercules d’orchis ressemblent à des testicules (en grec orchis = testicule) mais n’ont aucun effet aphrodisiaque,

* les feuilles en forme de langue de chien de la cynoglosse (Cynoglossum officinale) n’ont aucun effet sur la rage.

* Quant aux fleurs de bleuet des champs (Centaurea cyanus) elles peuvent soulager les irritations des yeux bleus mais aussi des yeux bruns…

Aujourd’hui cette théorie est totalement tombée en désuétude mais peut parfois procurer en raison de certaines analogies très « parlantes » un moyen mnémotechnique pour se rappeler le nom ou l’usage d’une plante médicinale. Toutefois, l’abandon de la théorie des signatures ne doit pas nous tenir éloigné du principe d’analogie qui participe à notre vision de la réalité.

Quand les plantes ont la forme des objets qu'elles soignent

Partager ce contenu